Oriental AIRTIME Adventures 2018 : 第2集

Même si le voyage ne se fera que d’ici un an et demi, les adhérents qui ont cliqué « je participe » se posent déjà des questions comme : faut-il un Visa ? Faut-il prendre des cours de mandarin ou de japonais ? Comment vais-je recharger mon smartphone ? Pourrai-je mettre mon statut Facebook à jour ? Faut-il vraiment être tout nu dans un Onsen ? etc.

Alors tout au long de ces mois avant le départ, nous vous apporterons les réponses à vos interrogations, afin que votre séjour se passe dans les meilleures conditions possible.

Comme Leveinard, suivez les conseils de l’infirmier Yves. Crédit : D.R.

Comme Leveinard, suivez les conseils de l’infirmier Yves. Crédit : D.R.

Question de santé !

Même si vous êtes hypochondriaque, ce voyage se passera en toute sécurité si vous observez quelques règles de base. Sinon, l’option rapatriement par Planète Assistance* vous sera offerte !

Vaccinations

Si par malchance, vous avez la fièvre, celle-ci ne sera pas jaune ! Aucune vaccination n’est exigée pour les voyageurs en provenance d’Europe. Il n’y a pas de fièvre jaune en Chine ni au Japon. Par contre les vaccins habituels (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche) sont néanmoins recommandés. Notre séjour se passera principalement dans des grandes villes, donc pas d’inquiétude au sujet de la rage (présente en Chine dans les zones rurales) ou bien l’encéphalite japonaise (qui sévit particulièrement dans les zones de rizières et pendant la mousson).

On vous le dit : Tout est sous contrôle !!


Hygiène

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère que le Japon possède un niveau sanitaire équivalant à celui de l’Europe de l’Ouest ou de l’Amérique du Nord.
En dépit de l’accident de la centrale de Fukushima, l’OMS juge le risque sur la santé minime. Donc pas besoin d’emporter des comprimés d’iode, vous ne vous transformerez pas en Godzilla !

Pour la Chine, il s’agit d’un pays à l’hygiène précaire. Néanmoins, les villes comme Shanghai, les hôtels de luxe et bien sur les parcs d’attractions sont d’un niveau tout à fait correct.

Par contre l’eau du robinet n’est potable nulle part. Donc il est impératif de ne boire que des bouteilles d’eau fermées, des sodas… ou de la bière, bien sûr !

Une image vaut mille mots. Montage : Yves Merienne.

Une image vaut mille mots. Montage : Yves Merienne.

Les fraudes massives sont fréquentes, et souvent très graves lorsqu’elles concernent les produits alimentaires. Alors attention aux contrefaçons, qui sévissent même pour les boissons connues comme la bière Budweiser ! Idem pour la contrefaçon de médicaments qui touche tous le pays.

Si vous souhaitez néanmoins demander un verre d’eau dans un restaurant, ne soyez pas surpris qu’elle vous soit servie chaude. Vu que l’eau a toujours été dangereuse, les Chinois ont pris l’habitude de boire l’eau bouillie et chaude, comme cela, ils étaient sur qu’elle était buvable.

Pollution

En Chine, certaines zones très polluées comme Shanghai peuvent poser des problèmes aux voyageurs allergiques, asthmatiques, cardiaques ou souffrant d’insuffisance respiratoire. Pour vous rassurer, le gouvernement chinois a fermé plus de 150 usines autour de Disneyland. Mais il y a peu de cas de personnes se retrouvant gravement malades. C’est surtout une gène au niveau de la respiration ou bien des picotements dans la gorge. Vu le peu de temps que l’on reste, cela s’estompera rapidement.

Le port du masque est courant en Asie. Crédit : D.R.

Le port du masque est courant en Asie. Crédit : D.R.

Au Japon, la pollution vient souvent de la Chine… Pour la ville de Tokyo, la pollution a fortement baissé depuis l’interdiction des véhicules diesel et l’application de normes drastiques.

Dans le reste des lieux où nous séjournerons, la pollution est identique à Tokyo ou même à Paris.

Par contre que cela soit au Japon ou en Chine, le port d’un masque est courant. Donc si vous souhaitez en porter un, on ne vous prendra pas pour un hurluberlu.

À Tokyo Disneyland, des masques anti-pollution thématisés… mais en tailles enfants :( Crédit : D.R.

À Tokyo Disneyland, des masques anti-pollution thématisés… mais en tailles enfants 🙁 Crédit : D.R.

Conclusion

Ne buvez pas d’eau du robinet ou d’une provenance douteuse et ne buvez que de l’eau en bouteilles fermées ou bien des sodas ou de la bière.

Allez, vous pouvez retourner à votre cours de yoga ou de maniement de baguettes.

Tout est plus facile avec des chats ! Crédit : D.R.

Tout est plus facile avec des chats ! Crédit : D.R.

À suivre

Et pour le prochain épisode, un billet très spécial sur…

??? Crédit : D.R.

??? Crédit : D.R.

…mais c’est quoi ce pictogramme ?!¿

* Planète Assistance est la société d’assurance spécialisée dans l’aide aux voyageurs français à l’étranger où travail Michel Bernadin… Banzaï !

Oriental AIRTIME Adventures 2018  : 第1集

Même si le voyage ne se fera que d’ici un an et demi, les adhérents qui ont cliqué « je participe » se posent déjà des questions comme : faut-il un Visa ? Faut-il prendre des cours de mandarin ou de japonais ? Comment vais-je recharger mon smartphone ? Pourrai-je mettre mon statut Facebook à jour ? Faut-il vraiment être tout nu dans un Onsen ? etc.

Alors tout au long de ces mois avant le départ, nous vous apporterons les réponses à vos interrogations, afin que votre séjour se passe dans les meilleures conditions possible.

Passage de l'immigration au Japon. Crédit : D.R.

Passage de l’immigration au Japon. Crédit : D.R.

Première question : Les formalités administratives

Premièrement, votre carte d’étudiant, même si elle est tout pour vous, ne vous sera pas utile pour ce voyage.

Le passeport

Votre passeport devra avoir une date de validité supérieure à 6 mois après le voyage (attention, à un jour près l’immigration chinoise peut vous faire des chinoiseries et donc vous refuser l’entrée). Si vous avez un passeport non-biométrique, rassurez-vous, il sera accepté que cela soit en Chine ou au Japon.

Au Japon, les autorités consultent systématiquement les fichiers d’Interpol. Ainsi, si vous utilisez un passeport qui a été déclaré perdu, volé, périmé ou ayant une validité insuffisante, c’est direct retour vers le pays d’embarquement… donc en Chine ! (Et là c’est un adhérent Parcs Passion assigné à résidence en Chine !)

Le billet d’avion

Certes, c’est indispensable pour prendre l’avion, mais aussi obligatoire pour pouvoir entrer en Chine. Quand le gentil (à ce stade il est toujours gentil) policier vous demande votre passeport, n’oubliez pas de présenter votre billet d’avion au départ de Chine. Cela prouvera que vous comptez bien quitter le pays. Au Japon, ils sont moins curieux.

De toutes façons, ce billet d’avion, vous l’aurez forcément pris avec vous au moment de partir… sinon c’est que vous ne partez pas !

Le Visa

Visa or not Visa, that is the question*.

Pas la peine d’aller sur le site de l’ambassade Chinoise, qui n’est même pas à jour, ou de demander aux Frères Tang, la réponse est : pas de Visa.

Oui, vous n’aurez pas besoin de Visa pour rentrer en Chine, ni au Japon.

Petite explication de texte : En Chine, depuis le 30 janvier, les ressortissants de 51 pays – dont la France – qui sont en transit vers un pays tiers (au hasard… le Japon), ont une dispense de Visa. Cette dispense est valable pour les séjours n’excédant pas les 144 heures (soit 6 jours, c’est plus que nécessaire dans notre cas). Cette nouvelle réglementation n’est applicable que pour des séjours dans les provinces du Jiangsu et du Zhejiang ainsi qu’à Shanghai : ça tombe bien, c’est là que nous allons ! Il faut posséder un billet d’avion (voir le point plus haut) et/ou un visa pour le pays de destination (pour nous c’est le Japon : pas besoin de Visa au Japon, donc le billet d’avion suffira) pour prouver que nous sortirons bien de Chine dans les 6 jours.

File d'attente spéciale pour les séjours d'1 à 6 jours en Chine.

File d’attente spéciale pour les escales d’un à six jours en Chine. Crédit : Yves Merienne.

Donc, si Shanghai fait parti d’un voyage et n’est juste qu’une escale, pas besoin de visa. Ce qui est notre cas puisque nous allons faire Paris – Shanghai – Osaka puis Tokyo – Paris.

Pour info, vous retiendrez que si vous vouliez faire un simple voyage aller-retour en direction de Shanghai (exemple : Paris – Shanghai – Paris), il vous faudrait un visa obligatoire.

Conclusion

Votre obligation : avoir un passeport valide 6 mois après le dernier jour du voyage, à votre nom bien sûr. Rien d’autre. Pour le billet d’avion, on s’en occupe !

Allez, vous pouvez retourner à votre cours de yoga ou de maniement de baguettes.

Tout est plus facile avec des chats !

Tout est plus facile avec des chats ! Crédit : D.R.

La suite au prochain épisode…

* Visa ou pas Visa, c’est la question (Traduction en Français, conformément à loi n° 94-665 du 4 août 1994, même si vous aviez sans doute compris).